vendredi 23 mars 2018

12 contes de Guyane - Yves-Marie Clément

Dans la foulée de mon voyage sur ce bout de France sud-américaine il y a 2 ans, j'avais ramené ce petit livre, en attendant une occasion de le lire. Elle est toute trouvée.
Après la neige de Sibérie, direction la chaleur de la forêt équatoriale.

Le livre est en fait un recueil de contes de diverses origines, car la population guyanaise est d'origines variées suite aux différentes vagues de migrations, et répartie sur un vaste territoire ( le département à lui seul a une surface proche du quart de celle de la métropole).

On y retrouve donc des histoires wayana et galibi ( ethnie améridiennes), noir-marron (  groupes descendants des esclaves africains) et créoles ( descendants d'européens et métis). Encore qu'après des siècles de métissage, bien malin qui peut dire qui descend de qui...

Donc pour se faire une idée, une carte:


Le territoire wayana se trouve sur le haut du fleuve Maroni ( qui sépare la Guyane du Suriname), les noirs-marrons plus bas en direction de l'embouchure, les indiens Galibi juste à côté de l'embouchure vers Mana et Awala-Yalimapo - j'aime ce nom!- et les créoles répartis dans les villes côtière.

Je n'ai pas eu la possibilité hélas de m'aventurer vraiment dans les terres,  un peu moins de 3 semaines, mine de rien c'est court, je suis restée près de la côte: Cayenne, Kourou, Sinnamary, Iracoubo, Saint Laurent et Cacao, c'est déjà pas mal. Mais franchement, j'ai adoré ce voyage, et j'espère bien avoir l'occasion d'y retourner et d'aller un peu plus dans les terres la prochaine fois.

C'est parti pour 12 contes guyanais, qui mettent souvent en vedette la faune locale: jaguars, serpents, tortues, araignées, pécaris, singes..

Les contes Wayana:
-" Pourquoi les morts ne reviennent jamais au pays des vivants": un vieil indien qui va mourir demande à être crématisé ce qui, il l'espère , lui permettra de revenir vivre parmi les vivants. Mais les choses ne se passent pas comme prévu et le village n'est pas vraiment ravi de ce retour spectral.

-"Makali et l'Anaconda" raconte comment les humains et les serpents sont devenus ennemis: un serpent a mis enceinte une jeune indienne le jour de son passage à l'âge adulte ( l'anaconda guyanais a semble-t-il  la même compétence que les serpents mythiques du Japon: pouvoir prendre une apparence humaine pour tromper les gens)

Un conte Galibi " la naissance des pakiras" nous raconte l'origine des pakiras ( pécaris): un vieil indien ( encore) envoie son beau-fils dans la forêt pour lui ramener un gibier "qu'il n'a jamais goûté" , or le pépé a déjà goûté tout ce qu'on peut imaginer en matière de bestioles de la jungle.
Le beau-fils rencontre un chasseur inconnu, qui lui fournit ce qu'il cherche: un pakira, alors inconnu dans le coin, contre la promesse que seul le vieux en mangera, et personne d'autre.
On sait ce qui se passe dans ce cas là: le gendre respectera l'interdit.. mais pas le reste du village. Qui va subir le même sort que les parents de Chihiro dans le dessin animé de Miyazaki. Car le chasseur inconnu est probablement un Yolok, un esprit de la forêt, qui avant enchanté le gibier.

ouf, je n'aime beaucoup pas la viande, je n'en ai pas mangé, j'ai évité d'être changée en pécari!
 Krik! ( en métropole, la phrase qui ouvre un conte est " il était une fois", les conteurs créoles attirent l'attention, apprend-on en préambule, en prononçant" Krik" à quoi l'auditoire répond "Krak!", c'est parti pour les contes créoles.

- Compère Mulet et Compère Cheval narre la triste histoire du cheval et du mulet d'Augustin Cetout de Cayenne. Leur maître fait preuve de beaucoup d'injustice: le cheval a droit à tous les égards, le mulet, bête de somme, n'est bon qu'à travailler sans jamais obtenir d'aide de son camarade.. qui regrettera  amèrement d'avoir été si fier lorsque le mulet meurt de fatigue et qu'il doit prendre le relai.

- Le héron et la sarigue nous explique pourquoi les hérons se perchent sur une seule patte: un fermier de Saint Laurent du Maroni lassé de voir les sarigues lui manger ses poules engage un héron de garde car le chien n'arrivait pas à contrer les sarigues. Les deux animaux particulièrement malins développent vite une rivalité, chacun cherchant à tromper l'autre: les hérons apprennent à se tenir sur une patte, puisque les sarigues cherchent à se venger d'un oiseau à deux pattes.

Une sarigue, plus connue sous le nom d'opossum: oui il faut imaginer cette petite bestiole en redoutable croqueur de poules
- la vengeance de la tortue: cette fois c'est le roi de Cayenne qui a un souci de poulailler: le jaguar lui croque toutes ses poules, et il promet une belle récompense à qui l'en débarrassera. C'est une astucieuse tortue qui va trouver la solution ( et par la même occasion se venger du jaguar  qui se moque d'elle et de sa lenteur). Où on apprend au passage que la tortue a des compétences légendaires de cuisinière, et que ses crabes farcis flambés au rhum sont connus dans toute la région.

- la splendeur du coq: on retrouve le jaguar, roi de la forêt, bien en peine car il s'est coincé une arête dans le gosier au cour d'un banquet. Il lui faudrait boire une bonne quantité d'eau pour la déloger mais les animaux de sa cour ont trop peur des esprits des eaux ( en fait des insectes sur la rive) pour aller en chercher. Le coq,volatile au plumage terne, qui ne craint pas les insectes puisque lui et sa famille s'en régalent depuis toujours. En échange du service rendu, le coq se verra doté du titre de roi de la basse cour et d'un plumage magnifique.

Contes noirs-marron: ils mettent souvent en avant un héros récurrent nommé Anansi, homme ou homme araignée, qui a une certaine parenté avec les légendes africaines.

- La ruse d'Anansi: Le roi de Guyane, vieillissant, ( son espèce n'est pas précisée cette fois) convoque ses sujets -animaux et leur promet la main de sa fille, et le trône à la clef, à qui lui ramènera le plus beau bateau imaginable.Impossible pour tout le monde, sauf pour Anansi rusé ( et très peu honnête!), qui accepte le défi, mais demande au roi de lui donner un grain de maïs. Descendant le Maroni en Pirogue, il va peu à peu échanger ce grain contre des biens de plus en plus précieux ( poule, cochon, vache, etc..) jusqu'à entrer en possession du fameux bateau.

- Anansi et Monsieur Dédé: Monsieur Dédé dans les contes noir-marron représente i plus ni moins que l'esprit de la Mort (oui, Dédé, ça ne fait pas trop peur, mais c'est apparemment une déformation du mot "dead"). Anansi cette fois est un chasseur humain,qui trouve de moins en moins de gibier. Il découvre un jour son voisin, le mutique monsieur Dédé, qui a fait une razzia de gibier qu'il est en train de boucaner a cette époque la mort ne s'occupait pas des humains, seulement des bestioles de la forêt, mais par la faute d'Anansi qui s'est mêlé des affaires de Dédé, ce n'est plus le cas. Et depuis ce jour, Dédé attend patiemment pour tous nous boucaner à notre tour...

-Macaque et Caïman: un macaque affamé en quête de nourriture trouve un arbre couvert de fruit sur l'autre rive d'une rivière: mais la rivière est en crue et le singe ne sait pas nager. Mais les singes sont malins, et le macaque demande de l'aide pour traverser au caïman qui barbote, en lui promettant un autre service à l'occasion: Catastrophe! Arrivé au milieu de la rivière le caïman dit que sa femme est malade et qu'il a besoin d'un coeur de singe pour préparer le remède. Par chance l'arbre porte de gros fruits rouge, le singe prétend donc que ceux de son espèce ne trimballent pas leurs coeurs tout le temps avec eux, mais les lavent régulièrement et les suspendent aux arbres pour les mettre à sécher. et bien malin qui fera descendre un singe d'un arbre une fois qu'il s'y est perché.

- Singe rouge et Singe noir: les kwata ( singes araignées noirs ) et les babounes ( singes hurleurs roux ) se détestent. Mais il n'en a pas été toujours ainsi.Ils s'entendaient bien, malgré leurs caractère opposés, et leurs couleurs alors inversées, jusqu'au jour où pour les beaux yeux d'une guenon qui voulait le voir en rouge, le fêtard baboune a emprunté le costume rouge du kwata mais ne le lui a pas rendu dans le délai imparti. Depuis leurs couleurs sont inversées.. et les deux s'évitent comme la peste.

-Lessa, née de l'écume: Koba, une petite fille qui n'a ni frère ni soeur s'ennuie.Un jour,alors qu'elle aide ses parents à faire la vaisselle à la rivière avec un gros savon, elle trouve la mousse brillante très jolie avec ses reflets irisés et la ramène chez elle dans un seau, avant de retourner chercher la vaisselle. Lorsqu'elle revient dans sa chambre, la mousse s'est changée en petite file, qui lui dit être sa soeur, et s'appeler Lessa. Les parents l'adoptent et Lessa leur explique qu'il ne faudra jamais l'appeler " écume", sinon elle se retransforma en mousse. Tout se passe bien, jusqu'à ce qu'évidemment, Koba laisse échapper le mot fatidique lors d'une dispute.
Autre version

Voilà, 12 textes, c'est peu, mais c'est déjà une découverte sympathique des contes méconnus d'outre-mer, volontiers glauques et cruels d'un point de vue métropolitain, il faut le dire, particulièrement les cultures améridiennes ou noir-marron qui n'ont pas le même tabou sur la mort que celui qu'on trouve souvent en Europe: pas de happy-end pour adoucir la conclusion.

Pour les curieux,voici d'autres textes guyanais en libre accès.

Le même éditeur, flammarion jeunesse propose d'autres recueils venus d'autres régions de la planète, j'avoue que je suis assez tentée par les contes africains et ceux du Tibet.


Oué! Doublette mois des contes et légende, et thématique " contes" du challenge Amérique du sud et Latine,car oui, même si elle n'est pas hispanophone ou lusophone, la Guyane est en Amérique du Sud, donc ça compte :)
Et en plus, c'est le même blog qui organise re :)


2 commentaires:

  1. merci pour cette découverte, je ne connaissais pas ces contes. J'ai ausssi quelques receuils de contes d'Amérique latine mais j'ai peur de ne pas trouver le temps de les présenter d'ici la fin du mois ˆˆ'

    RépondreSupprimer
  2. c'est original, cette affaire !! merci pour le voyage Purple... et bonne convalescence :-)

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture