samedi 9 décembre 2017

Hommage à Dmitri Khvorostovski

Et je commence cet hiver en Russie de manière peu agréable...en tout cas un peu triste.

Il n'aura échappé à personne ces jours-ci qu'un chanteur célèbre sous nos latitudes est mort.
Et comme je n'en peux plus d'en entendre parler dans tous les médias, j'évite les infos et traîne beaucoup sur le net.

Ce qui m'a permis de voir qu'un autre chanteur que j'appréciais cette fois beaucoup, est également mort il y a un peu plus de 2 semaines.

Vous n'avez probablement jamais entendu parler de lui si vous n'êtes pas un peu
- intéressé par la culture russe et/ ou
- intéressé par la musique classique et/ ou
- totalement adepte des voix graves ( j'avais fait un sujet là dessus où j'avais déjà un peu parlé de ce monsieur)

Dmitri Khvorostovski - je vous pardonne de ne pas savoir prononcer son nom, j'ai aussi beaucoup de mal à le dire -  était pourtant une très grande vedette dans son pays, et qui s'était plus ou moins spécialisé dans l'opéra et les mélodies russes, sans pourtant s'y limiter.

Et possédait une très belle voix de baryton dramatique en plus d'une allure très reconnaissable ( carrure impressionnante et cheveux entièrement blancs avant 30 ans)
Il avait arrêté de tourner depuis 2 ans étant atteint d'un cancer, et je n'ai donc jamais eu l'occasion de l'entendre sur scène, chose que je regrette énormément.

Et comme il n'y a pas meilleure façon de rendre un hommage à un chanteur que de l'écouter, place à la musique...

Tchaïkovsky : romances



Moussorgsky: chants et danses de la mort


Rubinstein extrait du Démon (visible en entier sur youtube.; mais aheum, la mise en scène.. pourquoi les coussins? Pourquoi cette perruque? Pourquoi un démon avec une croix autour du cou ? (oui je suppose que c'était quelque chose qui lui tenait à coeur, et que ça ne se voyait pas depuis la salle de théâtre, mais à la captation ça fait quand même bizarre!)


Je vous épargnerai le duo de variété assez banal qu'il a fait pour un gala avec Lara Fabian, parce que ... hé bien, c'est toujours pareil lorsqu'un chanteur lyrique chante de la variété avec un micro mais en mettant une sourdine pour ne pas couvrir l'autre duettiste et que les voix ne vont pas très bien ensemble: ça met vaguement mal à l'aise.
Donc on va en rester à un duo classique
Tchaïkovsky: Eugène Oneguin ( avec Renée Fleming)


Un autre répertoire? Ok, en italien cette fois, avec la prestation qui a lancé sa carrière internationale sur un air de Don Carlos ( et il commençait déjà à grisonner à 27ans)

Et puis bon. Je ne peux pas passer à côté de la musique traditionnelle russe . Otchi tchiornie!



Avec en prime un salut qui nous permet de voir enfin le monsieur sourire... parce qu'en musique classique, la concentration est capitale... et parfois ça se voit
(enfin, je sais que lorsque moi je joue, on me reproche quasiment de faire la gueule en montant sur scène et entre les morceaux, et de ne me dérider qu'à la fin. Les amis je vous confirme donc que non, nous ne passons pas un mauvais moment et nous ne sommes pas contents que ça se finisse, c'est une question de rester concentrés, de rester " dedans" et plus encore lorsqu'il y a une composante jeu d'acteur. On échappe au moins à ça avec un instrument. Après il y des cas particuliers de gens qui arrivent à être concentrés sans que ça se voit, ça n'est pas le mien, et j'envie énormément ça! Lui, là par exemple)

Enfin en tout cas, je voulais vous faire partager cette belle voix peu connue du grand public occidental, que je ne pourrais jamais aller écouter en direct à mon grand regret.

Promis les prochains sujets seront moins déprimants. Enfin, j'espère...

mardi 5 décembre 2017

Un hiver en Russie

Et puis parce que décidément j'ai plein d'idées et que peut être le fait de m'inscrire à plusieurs challenges me poussera à me bouger un peu les fesses..
Mais comment ne pas rejoindre un défi " hiver en Russie" ( ça complète une fois de plus les autres sujets, et il dure jusqu'au 1°mars)

Pour mémoire " une année en Russie " faisait en son temps partie des premiers challenges littéraires auxquels j'ai pris part, et j'ai trouvé bien dommage qu'il ne soit pas reconduit..

Bon cette fois, c'est un faux challenge, sans pression, sans paliers à atteindre juste pour le plaisir de parler de Russie, sur tous les sujets possibles et imaginables.

Je rejoins donc aussi cette communauté ( sur un blog qu'en plus je ne connaissais même pas.. j'ai juste cherché sur le net!) qui n'a pas peur de hiver russe!




Et donc tiens pourquoi ne pas commencer par un ptit récapitulatif des anciens billets Russes, histoire de se remémorer ce que j'ai déjà chroniqué?

Pour ceux qui ne savent pas, j'avais d'ailleurs pris des cours de Russe au lycée, un choix un peu par défaut, pour m'assurer d'aller au lycée que je voulais, mais je ne regrette pas.. enfin, si, je regrette de ne pas avoir pu continuer par la suite car il n'y avait pas d'option russe dans ma fac, j'ai pris quelques temps des cours particuliers, mais mon budget s'étant ensuite beaucoup réduit, j'ai du sacrifier pas mal de choses..

J'ai un peu repris d'ailleurs cet automne via une méthode audio, pas mal du tout, j'ai ralenti depuis le retour de vacances faute de temps, mais je compte bien m'accrocher quand même.

Film:
- la reine des neiges ( 1957) animation. Oui la vraie histoire, sans chanson agaçante!
- Cinéma d'animation russe


Lectures

- l'éternel mari - Fiodor Dostoïevski
- La dame de pique et autres nouvelles - A. Pouchkine 
- La dame au petit chien; récit d'un inconnu - Anton Tchékhov
- Terribles tsarines - Henri Troyat- Nous autres - Evgueni Zamiatin (SF, le prototype du meilleur des mondes et de 1984)

Contes et légendes

- Snegourotchka
Cuisine

- Recette des blini
- champignons marinés
- Gribnaïa ikra ( pâté de champignons)


Musique

- Pierre et le loup - Serguei Prokofiev

Souvenirs de cours de Russe

1- Serguei Essenin
2- l'effet Kulechov
Divers

La Russie à Nice
Forum de l'enfance " Etot mir nash" Avignon 29mai 2010 ( désolée pour les vignettes minuscules,mais on peut les agrandir en cliquant dessus.dire qu'à l'époque j'étais contente de mon appareil, j'en vois maintenant clairement les défauts!)
Je serais curieuse d'entendre à nouveau le gamin de 17 ans qui doit donc en avoir maintenant 24.. mais je ne trouve que des vidéos d'il y a 7 ou 8 ans en ligne. dommage j'aurais bien voulu savir comment il a évolué musicalement

Décembre Nordique et cold winter challenge

Les mois se suivent et ne se ressemblent pas...




A peine le temps de respirer et de finir le challenge Halloween que se profile le mois nordique de Cryssilda.
En plus du challenge Nordique de Marjorie qui reprend du service avec un mois suédois dès janvier et un mois "roman policier du nord" en février... ( je garde mars pour le mois belge et juin pour le mois anglais, comme chaque fois. C'est pratique, ça revient avec une régularité d'horloge)

Et qui dit nord dit froid, hiver, neige...Bon, pas vraiment chez moi. Mais du coup ça me manque.

Je n'ai pas vraiment grand chose sous la main, à part bien évidemment un petit tome des Racontars nordiques de Jorn Riel (Danemark) qui reste mon gros coup de coeur de ces dernières années. Et un billet, déjà tout prêt sur la mythologie Nordique, parce que même si l'auteur du livre est français, les dieux sont bien de là haut!

Ho et puis je crois que j'ai quelque part, si j'arrive à remettre la main dessus la Saga d'Erik le Rouge. Ouf, je suis sauvée!

Je garde le voyage de Nils Holgerson pour Janvier, mois de la Suède oblige, et probablement un roman policier pour février, du coup, je n'ai pas de lectures d'avance.
Et pas beaucoup de films non plus.
Et je n'arrive même pas à décider où j'irais en premier.

Sinon je me tâte à rejoindre, par curiosité, le cours d'introduction à la langue norvégienne ( en anglais,c'est ça  le hic) de Future learn. Il est en cours, une autre session commence le 8 janvier.

Mais je viens aussi de découvrir Le Cold Winter challenge, complémentaire: du moment qu'on y parle de neige, d'hiver, éventuellement de Noël le pays importe peu, ce qui me permet de prendre en compte des lectures Russes ou canadiennes par exemple.
Par contre cette fois , les films, la musique ou la peinture n'entrent pas en ligne de compte, dommage.

Cette fois, c'est sur Facebook que ça se passe, du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018.

Toutes lectures nordiques ou hivernales ou neigeuses, ou noellesques sont prises en compte, mais pour valider réellement la participation,il faut au moins une lecture dans l'un

Les menus :

- La magie de Noël : lire un livre où la fête de Noël est fortement représentée.
- Flocons Magiques : lire un livre fantasy, fantastique, etc... bref magique!
- Marcher dans la neige : lire un livre de Nature Writing ou littérature de voyage qui se passe dans le froid.
- Stalactites ensanglantées : lire un polar, thriller, etc, qui se passe dans le froid. Il vous suffit de choisir les menus que vous voulez. Le challenge est donc relevé une fois la lecture du menu (des menus) terminée.

quelques idées:
Un roi sans divertissement ( stalactites ensanglantées.. même si ça se passe dans les alpes et non dans le grand nord, c'est une chasse au meurtrier dans les montagnes enneigées)

Walden; la saga d'Erikr le rouge ( catégorie marcher dans la neige/ oui même Erikr le rouge qui raconte les voyages des vikings vers l'Islande,après tout!)

New Victoria ( j'hésite entre magie de Noël et Flocons Magiques: un roman steampunk qui se passe pendant les fêtes de fin d'année et ou des zombies sympas bien décidés à oublier leur statut décident de faire une fiesta pour montrer aux vivants que même morts, on sait s'amuser. Ca n'est pas le sujet principal, mais c'est quand même assez fun, donc, j'hésite).Ou du coup peut être hors catégorie

Hors catégorie: Loki ( essai sur la mythologie scandinave et surtout le dieu Loki); Un gros bobard ( racontars arctiques);Les aventures de la nuit de la Saint Sylvestre..

Listes bien évidemment toujours ouvertes à une nouvelle possibilité


Donc pas de double emploi mais ça se complète:
La musique norvégienne entre en compte pour les challenges nordiques mais par exemple Walden ou Into the wild - version livre!-  (USA), un roi sans divertissement ( France)  ou les aventures de la nuit de la Saint Sylvestre ( Allemagne), ça marche ici.

Mais comme je suis une rebelle, je vais quand même ouvrir le bal par l'aria du Genie du Froid extrait de King Arthur de Purcell.
Pour ceux et celles qui en connaissant que la reprise en voix de contre-ténor par Klaus Nomi, surprise! La version d'origine est chantée par une voix de basse.*Et ici avec beaucoup d'humour par l'anglais Christopher Purves.

*je n'ai rien , absolument rien contre les voix de hautes-contres ou contre-ténors, mais transposer en gros 2 ou 3 octaves plus hauts, ou pire faire chanter le morceau à une femme - la calamiteuse version Arielle Dombasle m'a donné envie d'être sourde pendant quelques minutes- est un non sens musical. En musique classique et plus encore baroque, c'est un code ( au même titre que l'ampoule symbolise l'idée en BD!): la voix grave signifie le pouvoir, l'âge mûr ou la vieillesse, la divinité qui en impose, la nuit, le sombre, le froid, l'inquiétant.... donc un génie de l'hiver qui dit dormir depuis longtemps , ne pas pouvoir bouger et demande" let me freeze again to death" ne peut absolument pas avoir une petite voix!

samedi 18 novembre 2017

Halloween, le monstrueux récapitulatif


Un fois de plus, même si je n'ai pas réussi à faire/ voir/lire tout ce que j'avais prévu, je ne suis pas mécontente de moi car j'ai réussi à panacher, un peu de lecture, illustrée ou pas, films et série, et même quelques billets sur la thématique sorcellerie. Et j'ai fait très fort niveau cinéma!

Donc voila le méchant récapitulatif, avec de la sorcellerie, des fantômes, des dents longues, une bonne poignée de monstres, quelques démons.

Halloween
Ici: le Marathon de l'horreur Semaine 1
Au Canada: Halloween Canada 2017
Au japon: ハロウィン!


Sorcellerie
- Brûle sorcière, brûle! - Abraham Merritt
- Zombillénium (film d'animation 2017)
- Suspiria (film 1977)
- Le château ambulant ( film d'animation 2004)


Cinéma
- Vincent ( court métrage)
- doublette John Carpenter ( the thing et the fog)
- Vendredi 13 (1980)
- Le carnaval des âmes (1962)

- Nosferatu (1922)
- Dracula (1992)
- Double soirée Tobe Hooper

Série
- Vampire Knight saison 1

BD et Manga

- Cruel thing tome1
- Blue exorcist tome 1
- Black Rose Alice ( série complète)

Cuisine
- Soupe à l'ail

Evidemment, je suis loin d'avoir fait tout ce qui était prévu: je garde donc l'histoire de la lanterne Pivoine pour le prochain défi O-Bon. Je n'ai pas eu le temps de faire les billets sur Carrie et Christine ( ma soirée King-Halloween) ou sur la Petite Boutique des horreurs, ni, une fois encore sur le vaudou.
J'ai le second tome de Cruel Thing ( celui en espagnol) en attente, l'arc du cirque de Black Bulter aussi, New Victoria que je n'ai pas eu le temps de finir, donc virtuellement j'ai déjà au moins 6 ou 7 billets quasi prêts pour l'an prochain...ou pour les possibles semaines de l'horreur et Nuit de Walpurgis qui cette fois ne tombera pas en plein stage de musique.

Ce qui n'est pas un mal parce que je risque d'être en période de grand chamboulement dans ma vie professionnelle et personnelle, et d'avoir peu de temps pour les lectures autres qu'universitaires.



toutes les bonnes choses ont une fin...

Y compris le challenge Halloween, nous l'avons maintenu en vie un peu plus longtemps pour cause de vacances des uns et des autres.

Alors comme clin d'oeil, parce que j'ai ouvert le challenge avec Bat out Of Hell sur Facebook, parce que l'album dont elle est extraite à 40 ans cette année, parce que le chanteur-compositeur a lui 70 ans et que j'en parlais en réponse à un commentaire sur le Dracula de Coppola, je vous quitte avec Meat Loaf.

Je me doute que ce nom ne parlera pas forcément aux moins de 30 ans, mais il a composé et enregistré en 1993, une chanson qui a eu un énorme succès.
Le morceau n'est pas mal, même si ce n'est pas mon préféré, mais c'est son plus connu.

I Would do anything for love but I won't do that.


Le clip est finalement assez complexe, flamboyant et surtout explique pourquoi j'avais cette impression de long clip sur le Dracula de Coppola. Rétrospectivement, c'est parce que l'esthétique du film a été reprise quasiment textuellement ( les trois sorcières vamps sont un décalque de celles du film), pour être cette fois une adaptation mini-opéra rock sur le thème de la Belle et la Bête. Au moins on peut reconnaître qu'ils se sont creusé la tête. Puis j'aime bien la voix de la chanteuse ( qui n'est aucune des filles qu'on voit à l'image, hé oui...)

Pedro Pan Rabbit, c'est pour toi  ;)

Peu importe comment je considère la chose ce type a toujours des titres complètement tordus et ça m'éclate. Genre "Objects in the rear view mirror may appear closer than they are".

Et étrangement quand je dis que j'aime bien, j'ai droit à 2 réactions opposées:
" c'est de la musique pour midinettes" de la part des gens qui ne connaissent que le clip de 1993.
" C'est de la musique de bikers/camionneurs" de la part des gens qui connaissent le reste .

Mais bon, au delà de ça, voilà, j'aime bien le côté un peu progressif et un peu opéra rock des compositions, les références au fantastique, et la voix puissante du chanteur. Et puis après tout c'est d'Eddie qu'on parle...

Eddie le biker du Rocky Horror Picture show..
(et c'est encore pour Pedro Pan Rabbit qui a perdu son innocence il y a peu.


alors voilà je vous laisse avec la chauve-souris sortie de l'enfer que je kiffe particulièrement ( Bat out of Hell est un titre absolument parfait pour un mois Halloween)


( je suis toujours perturbée par la ressemblance entre Meat Loaf Jeune et Jack Black. Sérieusement, collez des cheveux longs et une chemise à jabot à Jack Black, et y'a de ça...)
puis décidément, c'est un billet entièrement dédié à notre seul sorcier officiel de ce challenge puisque c'est le logo bricolé par Pedro qui m'a servi régulièrement ce mois-ci!

dimanche 12 novembre 2017

Double soirée Tobe Hooper

J'adore les doubles soirées proposées par mon ciné.
Après Carpenter au printemps, Les adaptations de Stephen King pour Halloween ( d'ailleurs je n'ai pas encore rendu ma copie à ce sujet!) on continue avec une doublette Tobe Hooper, en souvenir du réalisateur mort l'été dernier.

Et encore à temps pour la fin du mois Halloween.

On commence gentiment par Poltergeist (1982). Je l'avais vu il y a très longtemps et j'avais juste gardé en mémoire la petite fille qui parle avec des fantômes dans la TV familiale avant d'être happée dans un espace parallèle.
Et une vague méfiance à chaque fois que je voyais la "neige" sur un écran cathodique.

le plus flippant dans l'histoire est que la gamine est totalement accro aux écrans



Mais j'avais oublié qu'en fait ce film est DRÔLE.
Ou du moins, j'ai du mal à le voir autrement que comme une sorte de parodie, ou en tout cas un tabassage en règle de l'american way of life des années 80: TV branchée 24h/24, proprette maison de banlieue avec jardin, rêve ultime de faire creuser une piscine devant la maison. Les héros vont vite déchanter, mais..

Le début avec petite musique guillerette ( on dirait le générique des Simpsons!), la famille dont la maison est hantée est déjà bien bizarre à la base: voisins qui font une bataille de télécommande, la mère qui trouve super drôle d'avoir des phénomènes paranormaux dans sa cuisine et s'amuse bien avec, prenant au passage sa fille comme cobaye... et plus tard le trio de " spécialistes" bras cassés des phénomènes inexpliqués qui déboulent dans la maison pour l'étudier pas très éloigné des Ghostbusters, la medium minuscule avec sa voix d'enfant, les ectoplasmes façon gelée de groseille... tout ça rend la chose difficilement terrifiant et beaucoup plus amusante qu'autre chose.


Pas un film d'horreur donc, mais plutôt comédie fantastique. Pour moi en tout cas on est vaguement entre le clip de Thriller et le ton de Ghostbusters ou des Gremlins.
Après Spielberg était producteur, donc je suppose qu'il fallait que le divertissement reste quand même assez familial et soft.
Mais au final, c'est le côté parodique qui domine pour moi. J'ai quand même passé un bon moment, même s'il ne correspondait pas vraiment au peu de souvenirs que j'en avais ( je pense que ma mémoire a du le mélanger avec Amityville)

Deuxième séance : Massacre à la tronçonneuse ( 1974).
alors là, on n'est pas du tout dans le même état d'esprit. Et comme on s'en doute, ça va être un poil plus violent.

Le titre original précise même "le massacre à la tronçonneuse au Texas".
histoire de bien dire qu'on est en territoire redneck.
Les gens civilisés utilisent des méthodes plus subtiles.
D'autant que si une maison hantée, des ectoplasmes, un arbre qui tente d'enlever un petit garçon, une petite fille qui passe dans un monde parallèle,  tout ça relève du fantastique, et donc du peu crédible, une histoire de serial killer sanguinaire, là, c'est hélas beaucoup plus crédible.

Même s'il s'avère quand même moins violent que ce que je pensais ( je ne l'avais pas encore vu jusqu'à présent je dois dire) et malgré tout avec aussi un côté humoristique qui ressort parfois: le frangin en fauteuil roulant que tout le monde semble considérer comme un boulet sans oser le dire, la "promenade" nocturne de la soeur et du frère ( non tu n'y vas pas seule, je viens avec toi.. mais attends moi je vais moins vite que toi),  le grand-père dont on ne sait pas vraiment s'il est mort ou vivant ou à peine ( allez les gars, montez chercher grand-père!)

quand les ploucs texans participent à Un dîner presque parfait. Tout est dans le " presque"

La sensibilité " artistique" de ces criminels qui font de zoliiiiiies sculptures en os. Et de bonnes grillades maison vendues par " cuistot" dans sa station service ( ils n'ont pas de nom, le seul identifié est " Leatherface", qui manie la tronçonneuse portant un masque en peau, son frère est juste nommé " l'autostoppeur" au générique).
Ou justement l'ami Leatherface qui porte un tablier de boucher chez lui met prend quand même le temps de mettre un costard pour poursuivre sa victime dehors.
Mais là, pour le coup, le côté humoristique fait vraiment du bien, histoire de rappeler que tout ça n'est que du cinéma.
Encore que...
Le grand-père au grenier, ça me faisait penser à la mère momifiée dans Psychose.
Le masque en peau, au serial killer du Silence des agneaux. Une petite recherche plus tard et bingo: les 3 films sont inspiré du même criminel qui lui réellement existé. Et ça, ce n'est pas du cinéma. Brrrr.

Allez, pour finir sur une note plus positive, le clip de "Dancing with Myself"
de Billy Idol avec ses punks-zombies a aussi été réalisé par Tobe Hooper.



La punkette qui sommeille en moi kiffe.

mercredi 8 novembre 2017

Halloween au Canada (Québec-Ontario)


Même pas le temps de finir le challenge Halloween que déjà, c'est le mois québécois qui a commencé,mais comme j'ai plus d'un tour dans ma musette, ça vous tente un petit billet photo sur ce que j'ai vu , en rapport avec Halloween?
et même si la réponse est non, tant pis !
Je suis diabolique!

Toronto, j'y étais fin septembre et déjà le supermarché du coin préparait la fête, même si la température était plus proche des 32°C (oui! Comme en PACA)que de la fraîcheur automnale

Courges et chrysanthèmes en devanture
mais dans des formats sensiblement plus grands que ce que je vais acheter en France!
et des marques qui commençaient à fournir d'énormes paquets de bonbons décorés de chauve-souris
Bonus: Que serait Halloween sans squelette? Mais comme je n'avais pas de squelette humain sous la main, je vous présente mon copain hadrosaure, en chair et en os, enfin, surtout en os!

Ottawa ( du 30 septembre au 2 octobre)

je logeais dans un quartier résidentiel et les voisins commençaient à décorer les pas de portes.

sans peur de se faire voler leurs décos comestibles.
Pas par d'autres humains, hein. Plutôt par la myriade de bestioles dentues et poilues qui sont absolument partout et n'ont peur de rien et surtout pas de grignoter l'écorce:les écureuils

la sélection halloweenesque d'un chocolatier. Pas goûté parce que quand même, aouch les prix,même si ce sont des dollars canadiens, c'était trop cher pour tenter quelque chose que j'ai une chance sur 2 de ne pas aimer.

mais les boîtes sont cool!

L'humour noir c'est top: ce squelette en vitrine d'un magasin de cosmétiques vantait les mérites d'une crème anti-rides
non ce ne sont pas des sachets de nourriture pour chat mais des bonbons gélifiés en forme de chats

Montréal ( début octobre)

Je n'ai pas cédé à la tentation d'aller goûter un Pumpkin latte dans une chaîne de "cafés", j'étais curieuse, mais j'ai renoncé en apprenant que c'était MEGA sucré ( et je ne suis pas du tout amatrice de sucré, enfin, sauf pour le sirop d'érable, mais c'est une autre histoire)


Amérique du Nord oblige, les cucurbitacées sont un peu LA spécialité du coin, et pour l'occasion, le jardin botanique en présentait une sélecton de rêve

des grosses, des petites, des lisses, des rugueuses, de toutes les couleurs sucrées ou amères.
Avec en prime un concours de sculpture sur courges organisé à l'approche de la date fatidique

et bien sur des lanternes thématiques au festival des lanternes.
un escalier typique montréalais, déjà prêt début octobre

c'est autre chose qu'en France, hein!

Marché Jean Talon
LE GRAAL! La boutique Crazy Halloween ( après avoir vu une boutique de Noël à Québec, je désespérais d'en trouver une dédiée à notre fête fétiche)

Mais d'abord ambiance musicale québécoise,  " c'est beau la vie" de François Pérusse ( alias  Hugues Auffray reprend Ozzy Osbourne en français :D)










Ronald McDonald montre son vrai visage!
une des nombreuses peintures murales de Montréal, il y aura un sujet là dessus, mais en voilà déjà deux bien inquiétantes


et parce que je ne pouvais pas faire autrement, des bières aux noms évocateurs: La Grimousse avec son étiquette loup-garou
et l'Infernale, toutes deux de la Microbrasserie LE Grimoire

 Mais en fait, j'ai préféré celles d'Unibroue ( Québec), aux noms tout aussi évocateurs: la fin du monde, la maudite, la terrible..

Ou la Galère de la brasserie " Corsaire", je vous laisse apprécier les splendides étiquettes!
(Je bois peu d'alcool,mais j'avoue que j'aime beaucoup les bières de micro-brasseries en général, on y trouve des choses très originales, moins calibrées pour plaire au plus grand nombre que les bières de marques célèbres - moi j'aime celles très houblonnées et non filtrées - et en plus les étiquettes font dans l'originalité)

Voilà c'est la fin de cette visite halloweenesque, mais le premier sujet québécois (enfin, ontarien aussi un peu) du mois.

mercredi 1 novembre 2017

Clair Obscur, l'émission des musiques sombres

Non ce n'est pas un titre que je sors de mon chapeau de sorcière.

je ne sais pas qui avait décidé de ce logo bricolé pour leur page myspace, mais le cabinet du Dr Caligari, je ne peux qu'approuver

C'était le nom d'une émission sur RAJE, station de radio locale, et dédiée aux " musiques sombre", scènes gothiques, punk, psychobilly, new wave, electro et tout ça.

Elle était d'ailleurs animée par Stéphane, un vrai copain de la vraie vie, et Nathalie, qui est devenue une vraie copine de la vraie vie aussi.

Et mine de rien, il n'y avait pas une grande quantité d'émissions dédiées à ce genre de programmation.
Toutes les semaines il y avait donc une heure d'antenne dédiée à des choses qui n'ont pas souvent l'honneur d'être diffusées sur les ondes. Et sur la webradio.
Tellement peu en fait que notre petite radio locale était écoutée via le net un peu partout dans le monde ( aux dires de Steph, l'auditeur le plus éloigné - en tout cas celui qui s'est manifesté sur le forum de l'émission - était en Amérique du Sud.
Et ce d'autant plus qu'on a eu droit a des émissions thématiques par fois, scène goth au Brésil, scène goth Slave, Tango et musiques sombres, Soirée No Hell, fuck off Cupidon, etc...

Et j'ai découvert pas mal de choses sortant de l'ordinaire grâce à eux, en particulier le style festif et coloré du psychobilly, Horropops en tête, et le cabaret décadent d'inspiration années 30 du Cirque aux mirages.

L'émission a quitté l'antenne en 2012 si je ne me trompe pas, après 4 ans  d'existence , suite à un changement de politique éditoriale de la radio , qui ne voulait plus de format long, et des émission de 15 minutes maximum (pour pouvoir caser plus de pubs, on ne va pas mentir, c'est ça la vraie raison).
Mes potes ne voulaient pas transiger, il est impossible développer un sujet sur 15 minutes surtout pour une émission hebdo; ç'aurait été une quotidienne diffusée 15 minutes par jour sur 5 jours, ok, mais là...
Exit donc Tapage nocturne ( sur le metal) et Clair obscur.

Nathalie n'anime plus d'émission radio, Stéphane officie sur une autre webstation. J'en parlerai aussi à l'occasion.

Cependant, les émissions qui font donc environ une heure sont toujours accessibles, écoutables et téléchargeables. J'ai un petit rituel personnel: je ne peux rien faire dans les transports à part écouter de la musique, donc j'ai calé un certain nombre d'émissions, sur mon lecteur mp3.
Et une heure c'est à peu près le temps en TER d'un Avignon-Marseille. 3h00 en TGV pour Paris, donc chaque fois que je vais à Marseille ou à Paris, je m'en réécoute une ou deux, ou trois.

Pour les écouter, c'est par ici


Et pour les flemmards, quelques exemples de ce qu'ils m'ont fait découvrir et que j'ai particulièrement kiffé, très varié histoire de vous donner une idée de ce qu'ils étaient capables de dénicher.

Emissionsur le nouvel an russe:
Arkona - Yarilo


Żywiołak - femina

Emissions " à mort saint valentin"
Cradle of Filth - the death of love (d'accord, c'est loin d'être de l'inconnu,temps en temps, un truc bien bourrin, ça fait du bien, mais ce clip, je suis morte de rire..)


Siouxsie and the banshees - Love in a void



Je ne sais plus trop , une émission spéicale "psychobilly" je crois:

Zombina and the skeletones - the grave and beyond



Horrorpops - walk like a zombie


Spéciale " no-hell"

Dandelion wine - I want an Hippopotamus for christmas


Leather strip - it happened on christmas day


The Arkham carolers - dance the cultists


Spéciale Cabaret

Le cirque des mirages - comme si tu étais là

nota: avant ça la radio avait aussi une autre émission que j'adorais, Exocet, sur l'étrange et le paranormal ( en déboulonnant les mystifications). J'en avais déjà parlé.

mardi 31 octobre 2017

Le carnaval des âmes ( film 1962)

Attention, car il y a deux films du même titre, un de 1962 et un autre de 1998, qui n'ont apparemment que le titre en commun.

Celui de 1962 a été réalisé par Herk Harvey, et ..c'est son seul film. Qui a de plus atteint le statut envié de "culte" ( et un film culte a souvent été un four à sa sortie, celui-ci ne déroge pas à la règle)

Il faut dire qu'il est très étrange, jusque dans sa narration.

affiche du plus beau type " arnaque", le film est en noir et blanc, et l'héroïne n'y est en petite tenue que le temps de prendre son bain.

Tout commence donc comme un "film de potes"des années 60. Des amis répartis en 2 voitures, celle des garçons et celle des filles font une course un peu stupide, qui se termine rapidement au fond de l'eau pour les filles. La voiture et ses occupantes sont portées disparues, mais contre toute attente,quelques heures plus tard, la seule rescapée revient sur la berge, visiblement choquée.

Quelques jours après ce terrible accident, elle est en pleine forme et se prépare à quitter sa ville pour aller travailler dans une église près de Salt Lake city. Car Mary est organiste professionnelle, c'est une femme distante, voire cassante, qui semble imperturbable et avoir surmonté son accident et sa presque-noyade sans séquelle.
Pourtant sur le chemin, des choses étranges lui arrivent: l'autoradio se bloque et refuse de diffuser autre chose que de la musique d'orgue, assez angoissante, celle-là même qu'elle jouait dans la précédente séquence.
Un visage fantomatique apparait à sa fenêtre, puis un fantôme entier sur la route.

pas de sang, pas de crime, mais toujours ce type flippant partout, qui semble sortir d'un film muet ( et on dirait un mélange entre le somnambule du DrCaligari et Klaus Nomi. Au passage, c'est le réalisateur qui s'y colle)

Et le fantôme revient et revient, toujours plus proche, toujours plus menaçant. Mary est aussi victime d'un al incompréhensible qui la rend soudain sourde temporairement et le temps de cette surdité, personne non plus ne l'entend, ni ne la voit, comme si elle se trouvait dans une sorte de d'espace temps à part. Ou bien elle semble soudain possédée et ses mains se mettent à jouer des choses très improvisées et très peu religieuses ( ce qui lui vaut un renvoi immédiat par le curé qui l'emploi, car il ne veut rien de profane dans son église)

Et dans son idée tout celà est lié à un bâtiment qu'elle a aperçu en arrivant: un ancien spa luxueux transformé en salle de bal et ensuite en fête foraine, mais qui est depuis désaffecté.



Je le dis d'emblée:ça ne plaira pas à tout le monde.
La narration est très brumeuse, il n'y a pas spécialement d'action, ni d'effets spéciaux. le réalisateur a tourné avec trois fois rien, donc en remplaçant les effets péciaux ou l'action par une ambiance glauque au possible et des séquences très surprenantes apparemment banales mais avec toujours un élément menaçant. en gros la définition du fantastique, car jusqu'à la dernière minute on ne sait pas s'il y a réellement un fantôme, si Mary est en plein contrecoup de son accident, ou si sa raideur compassée et son comportement ambigu envers son voisin dragueur n'est pas plutôt un symptôme de maladie mentale.

Pour ceux qui connaissent, on est assez proche de la série "La 4°dimension"; esthétiquement et au niveau du sujet. Ca aurait pu en être un très long épisode.


Ou la bizarre impression de voir un film expressionniste allemand tourné aux USA au début des années 60. Mi parlant, mi-muet, avec un emploi de la musique intéressant ( qui passe d'un élément de l'action lorsque l'héroïne joue ou écoute la radio, à une musique d'ambiance, voire les deux à la fois).
Personnellement, j'aime énormément ce côté expérimental ( et bon le cinéma expérimental, c'est quand même quelque chose de spécial, il y a parfois des pépites, et souvent du portewak. Celui ci est du bon côté de la barrière je trouve)


samedi 28 octobre 2017

Dracula ( film 1992)

Deuxième sujet cinéma. On reste en compagnie de l'ami Vlad.

Au début de la chaîne des adaptations du roman il y a Nosferatu.
A l'autre bout il y a la version Coppola qui a quelque peu lancé une mode du vampire, un peu flippant mais si possible pas trop, triste et dans le fond, un mort-vivant sympa.
Je ne sais pas s'il y a eu d'autres versions depuis 1992, probablement, mais qui n'ont pas eu autant d'audience ni de succès.

Repartons en 1992.
J'ai 15 ans, je suis au lycée, c'est 14H00, le prof est absent, il pleut à verse et j'ai un peu d'argent de poche et je dois attendre 17h00 pour retrouver ma mère et aller faire des courses, ou quelque chose de ce genre.
Je m'ennuie.. tiens si j'allais au cinéma, ça m'occupera l'après-midi,et ce film me tente bien.


Rétrospectivement, ça m'étonne même qu'on m'ait laissée rentrer, je ne sais plus s'il était interdit aux moins de XYZ ans, mais j'ai toujours fait plus jeune que mon âge et à 15 ans, je devais en paraître genre.. 12? Véridique, plus tard en fac, on m'a demander de prouver que j'avais plus de 16 ans pour un autre film, j'en avais 22...

A l'époque, je n'avais pas un grand bagage cinématographie en général et encore moins sur Coppola, et j'avais bien aimé le film. D'autant qu'il y a Anthony Hopkins et Wynona Ryder, deux acteurs que j'appréciais pas mal.
Et un petit nouveau dans le rôle tire, que je n'avais jamais vu ailleurs. Je l'ai trouvé bon, un acteur à suivre... qu'on a peu revu par la suite jusqu'à il y a une dizaine d'années.
Je n'avais pas revu le film depuis, c'est chose faite et...

le film a eu un tel succès qu'il a lancé une sorte de mode qu'on voyait peu avant, et tout le temps depuis: ressortir le livre avec comme couverture l'affiche du film, je trouve ça un peu dommage, ça conditionne le lecteur à une vision en particulier.

C'était une mauvaise idée. Ca me fait mal de l'avouer, mais c'est comme ça. 25 ans plus tard, outch!

Il était mieux dans mon souvenir, quand j'étais jeune et avec peu de références.

En fait surtout, il a visuellement très mal vieilli.
Et ni le charme de Gary Oldman, ni celui de Wynona Ryder selon vos goûts et vos préférences (je vous laisse deviner quel est mon choix :D) ne peuvent le compenser. C'est dire.

Et depuis j'ai vu le Parrain et Apocalypse Now, et pour le coup, la redescente est assez violente.
L'esthétique est vraiment datée années 90, les effets de fondu enchaînés récurrents (une forme qui en devient une autre, genre un motif rond qui devient le soleil ou une tête coupée qui devient un gigot saignant, ou deux traces de crocs qui deviennent des yeux de loups, ou.. vous voyez l'idée) sont vraiment trop nombreux et systématiques à tel point que j'ai l'impression que ça cache peut-être un manque d'inspiration, pas vrai Francis?

Le côté porno chic est aussi vite lassant ( alors qu'à la base c'était pourtant une idée sympa que de forcer un peu la dose d'érotisme, mais là, avec le recul ça fait un peu gratuit par moments), les délires érotiques de Lucy la nymphomane sont assez relous.
Et d'ailleurs le personnage est assez pénible, mais ça déjà à l'époque, je me demandais comment 3 bonshommes pouvaient continuer à courtiser une nénette aussi garce qui se paye ouvertement leur fiole, et en plus en VO l'actrice a une voix difficile à supporter.
Du coup, là comme il y a 25 ans, je suis contente quand elle crève enfin!

Autre chose qui est très lourde: l'allégorie très, très appuyée sur les maladies vénériennes - la syphilis est directement mentionnée. La victime mordue devient vampire / le sexe c'est dangereux, on risque de choper la chtouille.

Début années 90 pour mémoire, on était en pleine pandémie de SIDA et sans qu'une thérapie se profile, et donc le thème ressurgissait parfois à peine déguisé. De nos jours, ça participe aussi de ce côté daté... avec en plus un vilain fond moralisateur.

La nympho sera punie par la maladie, tandis que Jonathan se tape 3 sorcières mais comme c'est un homme, il a la tradition patriarcale pour lui qui veut que ce soit normal et ne chopera rien du tout, il a été forcé, c'est un coeur pur qui reste malgré tout fidèle à Mina, qui se considère comme une mauvaise femme car elle hésite entre deux hommes.

J'appuie le trait, mais je vous jure que c'est comme ça que je le ressent. Et non Francis, je ne te suis pas sur ce terrain là de père-la-morale alors  qu'à côté tu nous proposes une Mina ambiguë qui fait plaisir à voir.
Si tu avais pu aussi nous épargner cette fin " alléluia, la rédemption" qui manque de subtilité...


Donc, sinon la nouveauté, enfin par rapport aux films précédents, c'est de donner une histoire au vampire, une histoire d'avant, en expliquant pourquoi et comment il en est arrivé là.

Donc, XV°siècle, Vlad, chevalier roumain se bat contre les ottomans au nom de la chrétienté, commet pas mal d'exactions au nom de son Dieu et en rentrant chez lui découvre que sa femme s'est suicidée en apprenant la fausse nouvelle de sa mort.
Donc fou de rage en apprenant qu'elle ne sera pas enterrée dignement car le suicide est interdit, il renie Dieu et se retrouve damné. Il devra dès lors se nourrir de sang.

Donc le statut de vampire cette fois n'est pas une caractéristique de base du personnage mais le résultat d'une malédiction. Qu'il regrette parfois quelque peu, malgré des compétences magiques acquises en même temps.

Et surtout 4 siècles plus tard il est toujours vivant, inconsolable de la mort d'Elizabetha, jusqu'à ce qu'il tombe sur le portrait de Mina, la fiancée de Monsieur Harker, le clerc de notaire venu traiter avec lui pour lui vendre des propriétés à Londres.

parmi les choses que j'aime bien même maintenant, il y a ce genre de jeu d'ombres, et les trucages simples. Ca pour le coup, c'est toujours mieux pour moi qu'une image de synthèse qui serait le recours évident actuellement.
Mina est le portrait craché de feue Elizabetha, Vlad n'a donc plus qu'une idée en tête: mettre Harker hors jeu (en l'enfermant donc afin qu'il passe les prochaines heures à faire des parties carrées avec 3 sorcières, j'en connais qui voudraient être séquestrés dans ces conditions) et filer à Londres, avec les dégâts qui vont avec: arrivée de rats, tempête et tout le toutim, pour aller draguer Mina et se la récupérer pour lui tout seul.

Je sais dit comme ça.. mais c'est exactement ça. Les parties carrées et tout le tremblement, je vous jure que je n'invente pas.

Mais comme depuis le début (en tout cas à la période contemporaine) Vlad a l'apparence d'un vieux bonhomme effrayant, il lui faut se rendre présentable, en se repaissant du sang d'une fraîche victime, si possible plus ou moins consentante.

messieurs dames, Gary Oldman
Ce sera donc Lucy-feu-au-derche, qui passera à la casserole à tous les sens du terme.
Pas de chance pour Lucy, ce sera sous l'apparence d'un monstre qui tient autant du singe que du loup-garou.

Mina, elle, a gagné le gros lot, et c'est un séduisant dandy roumain en costume impeccable et haut-de-forme qui vient la courtiser.

et hop tour de magie, Gary Young Man.
Je sais, j'ai déjà fait cette blague, elle est facile, mais elle m'éclate.

Un peu "rustiquement", certes, le guerrier de la Renaissance n'a pas totalement disparu sous le vernis de la civilisation. Avant de se souvenir que coincer une femme dans un recoin sombre et tenter de la mordre n'est pas exactement la meilleure façon de se faire apprécier d'elle.
Le film a gagné un oscar des meilleurs costumes. J'avoue, j'aime beaucoup la veste qu'elle porte.
D'autres costumes sont plus, enfin...
Ça par exemple, c'est bien le suaire le plus étrange du monde ( et probablement le plus cher aussi)
Et malgré cette entrée en matière un peu rustique, Mina tombe sous le charme le l'exotique (et riche) touriste oubliant un peu vite son fiancé porté disparu au fin fond des Carpates.

Autre réussite, la photographie et les cadrages sont très picturaux. Mais ça ne suffit pas à contrebalancer le méchant coup de vieux du film.

L'idée était bonne de faire du monstre désigné une créature à la fois dangereuse et touchante, cruelle et sensible. Donc là, c'est ok, et on prend fait et cause pour celui qui est supposé être le méchant de l'histoire.

D'autant que Mina a fait son choix:
Entre une vie terne et ennuyeuse, qui se conclura par une mort aussi terne et ennuyeuse auprès d'un mari, sympathique, mignonnet mais également terne et ennuyeux.
Ou une euh... non-vie? En compagnie d'un homme mystérieux, sensuel et sentimental qui lui plaît beaucoup plus que son promis, avec qui elle a une connexion mentale par delà les siècles, et avec qui elle gagnera en plus l'immortalité, le don de parler aux loups et une compétence en magie noire.
Et en plus il est riche!
Et en plus d'en plus, elle lui pardonne la mort de sa copine Lucy.
Le plus dingue dans l'histoire est que l'insupportable Lucy avait quand même une bonne copine et que des gens la regrettent.
là aussi, cadrage, éclairage, tout ça, c'est du bon, mais les tics d'esthétique années 90 cassent tout.

Le choix est vite fait, clerc de notaire mortel vs châtelain immortel, donc j'ai juste envie de dire aux gens qui lui mettent des bâtons dans les roues, "bah, laissez-là partir, elle a décidé en son âme et conscience, foutez-lui la paix de toute façon elle va aller grignoter en Roumanie, Londres ne risque rien, Jojo en prend son parti, donc stop!"

Voilà, il y avait de bonnes idées, mais noyées sous une esthétique qui a vieilli bien plus vite que celle des films les plus anciens. Un comble lorsqu'on parle d'un immortel qui peut changer d'apparence et rajeunir à volonté.

Alors que les références picturales sont savoureuses.

le détail fun: lorsque Jonathan voit ce portrait, il lui trouve un air de ressemblance avec le vieux comte, qui lui rétorque que c'est un de ses ancêtres. Il serait donc apparenté à Albrecht Dürer?
autoportrait d'Albrecht Dürer à 28 ans.
Oui je trouve ce clin d'oeil assez marrant.
et là..Gustav Klimt est passé par là.

Le casting était alléchant, Anthony Hopkins en Van Helsing à l'humour noir en fait parfois trop mais reste un bon moment, Tom Waits en Renfield le dingo en fait tout le temps trop, mais pour le coup, ça marche impeccablement, puisque le personnage est possédé.

là aussi, le film m'a fait connaître Tom Waits, donc je le compte à son crédit

Keanu Reeves est ... décoratif, et c'est à peu près tout ce qu'on peut en dire, vu que Jonathan est un personnage incolore, difficile d'en faire quelque chose.

Wynona Ryder, je suis partiale, mais je l'aime beaucoup, rend Mina intéressante, en femme qui se débat dans des sentiments contradictoires, au lieu d'être une victime passive des circonstances.

Et donc Gary Oldman, qui réussi la prouesse d'être beaucoup plus flippant en vieux tordu qu'en chauve souris ou ... chose simiesque.
Et pourtant vu sa coiffure totalement improbable ça n'était pas tout cuit.
Mais je l'ai revu depuis ailleurs et ma première impression reste la même, ce type a du talent et un charme un peu atypique qui ne me laisse pas insensible, j'en vois d'ici qui attendaient que je fasse ma fan-girl de base. Parce que je l'avais mentionné en coup de coeur de jeunesse.
(puis maintenant faudra que je regarde les films Harry Potter, parce rien que de savoir qu'il est là dedans et en plus dans le rôle d'un de mes personnages favoris, ça peut valoir le détour)

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture