jeudi 9 octobre 2014

L'affaire Charles Dexter Ward - HP Lovecraft


Après plusieurs nouvelles l'an dernier, je profite à nouveau du mois Halloween pour me replonger dans les méandres du monde très particulier de Lovecraft.
Cette fois, c'est un roman, enfin, officiellement, car vu le format, c'est plutôt une longue nouvelle en 5 chapitres.

On y retrouve un peu la thématique de la maison de la sorcière ( l'affaire Charles Dexter Ward est cependant antérieure), à savoir, l'histoire d'un étudiant classique, bien sous tous rapport, qui va mettre un peu par accident le doigt dans un engrenage maléfique.
Dans la maison de la sorcière, le héros est mathématicien, fasciné par l'ambiance morbide qui se dégage de la maison ou avait vécu une vieille femme réputé être une sorcière.
Dans celui-ci, Charles, passionné d'histoire et d'archéologie, se découvre un ancêtre à la réputation tellement douteuse que la ville entière a tenté d'en faire disparaitre jusqu'au souvenir. Mais à force de recherches, Charles finit malgré tout par trouver des information: Il descend d'un dénommé Joseph Curwen, habitant de Providence, venu de Salem au XVII° siècle, approximativement âgé d'une quarantaine d'année. Chose étrange, le temps passant, Joseph Curwen semblait ne pas vieillir, et soixante ans plus tard, n'avoir pas pris une ride. Entre son origine, sa longévité incroyable, son caractère asocial et tyrannique, et les événements étranges et inquiétants ( disparitions inexpliquées, bruits et odeurs suspecte émanant de sa propriété), la ville entière finit par se liguer contre lui, le jour où il épouse à presque cent ans une fille de 18 ans - ce qui explique qu'il y ait un descendant!. On ne saura pas vraiment ce que les habitants de Providence ont trouvé parce que l'affaire a été étouffée, bien sûr, les traces ont été effacées, les témoins ont emporté leur secret dans la tombe.
Dans les années 1920, donc, Charles se découvre descendant , ni plus ni moins d'un sorcier. En tentant de rétablir ce qu'il croit être la vérité ( pour lui Joseph n'était qu'un scientifique en avance sur son temps et incompris), sa personnalité change, au point de se demander s'il ne s'agit pas réellement d'une possession maléfique par l'esprit de Joseph Curwen.

Donc, sorcellerie, profanations de cimetières, torture, monstres dans la cave jamais décrits: on reste dans la suggestion, c'était déjà le cas dans les nouvelles. C'est à la fois futé, dans le sens où ce qu'on peut imaginer est surement pire que ce que l'auteur avait en tête, mais en même temps trèèès frustrant. Ce principe était déjà celui de la plupart des nouvelles que j'ai lu, donc, je dirais que je m'y suis habituée et que je le trouve au final un peu attendu.

Après j'aime bien  l'insertion de coupures de presse et messages cryptés dans la narration. Mais disons que du fait de la proximité du récit avec celui de la maison de la sorcière, j'ai préféré la sorcière. Peut être simplement parce que je l'ai lu avant et que les deux se ressemblent beaucoup? Du coup, ça n'est pas inintéressant, mais pas spécialement mémorable non plus.
9 octobre , le jours de la sorcellerie et magie noire
Lovecraft, quand même...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture