mardi 19 novembre 2013

Le Vampire - John Polidori

MMM mi-novembre.. on a dit que le challenge Halloween survivait jusqu'au 30, et le challenge nouvelles se termine quand à lui le 11 décembre. Héhéhé, il me semble que je vais réussir, à le terminer à temps contre toute attente!

Donc le Vampire de Polidori. Une nouvelle qui a mon avis vaut plus par la petite histoire qui lui est rattachée que par son intérêt littéraire, car elle est résolument classique: Un homme de la bonne société londonienne, Aubrey, fait la connaissance de Lord Ruthven, un curieux personnage, à la fois distant et courtois, singulier  sa réputation de morale stricte  -son air détaché et glacial pousse les coquettes à le courtiser, un peu comme un concours entre elles, sans résultat. au contraire il fréquente surtout des dames à la moralité irréprochable. en apparence. Car lorsqu'Aubrey décide de partir en voyage avec Lord Ruthven, il se rend vite compte que les apparences sont trompeuses, et que rien ne l'amuse tant que ruiner les meilleures réputations et les meilleures fortunes. L'incompatibilité d'humeur se fait jour entre les deux camarades, et Aubrey part en voyage en Grèce où il s'intéresse à Ianthe, jeune paysanne grecque superstitieuse qui croit aux revenants et aux vampires. Evidemment, Aubrey n'y croit guère.. mais va devoir se faire une raison lorsqu'il trouve un soir Ianthe morte, vidée de son sang par un vampire. C'est à ce moment que Lord Ruthven réapparait, meilleur ami que jamais. Mais Aubrey ne voit aucune corrélation entre les deux événements.
Le lecteur du XXI° siècle, oui . Même si au final ne ne sait pas trop  pourquoi Ruthven semble s'attacher spécialement à nuire à Aubrey en particulier.

Celui du XIX°, peut être pas, c'est une des premières histoires de vampire non pas monstre sanguinaire, mais chasseur raffiné et calculateur. Donc rien de novateur vu de maintenant, mais au moment où la nouvelle a été écrite, oui, c'était clairement une idée neuve. Dans le fond en tout ça, parce que la forme n'est pas très originale. Mais la nouvelle se laisse lire sans déplaisir et vu qu'elle est un des classiques du genre avec Carmilla, beaucoup plus réussie d'un point de vue narratif à mon sens ( mais là encore, du temps à passé, la nouvelle de Polidori date de 1817, celle de Le Fanu de 1871, donc ça s'explique aussi), il serait dommage de s'en priver. Et le voilà, gratuit une fois de plus . (et puis oui, je vous entends d'ici, alors je confirme: même court, même imparfait, ce sera toujours meilleur que Twilight et ses vampires qui clignotent au soleil. C'était l'instant dénonciation!)

et la petite histoire? Ha oui, en 1816, un groupe d'écrivains anglais (Lord Byron, Percy et Mary Shelley et Mr Polidori) en vacances en suisse s'ennuyait fermement et décidèrent de se lancer un défi d'écriture fantastique. Le sujet du vampire était un brouillon abandonné par Byron que Polidori a récupéré et terminé. Tricheur! Par contre, de cette session de travail/ jeu est issue une autre histoire, bien plus célèbre et marquante, qui a fait la renommé de son auteur et a jeté les bases de la SF, rien que ça: Frankenstein de Mary Shelley.
N°21
1817
encore un anglais, promis le prochain est américain

2 commentaires:

  1. H-aah! Je la connaissais cette petite histoire :-)
    Bon par contre, je n'ai pas encore lu ce bouquin :-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé l'adaptation dans la BD "Macabre" dont j'ai parlé au début du challenge. J'avais découvert ce texte dans un cours sur les vampires au cinéma et en littérature, il m'avait bien plu à l'époque.

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture